Célébration de la 1ère journée africaine contre la corruption en RDC

Lynn Mazianda il y a 4 mois

Le 11 juillet de chaque année est désormais la journée africaine de lutte contre la corruption. C’est lors du 30ème sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union Africaine(UA) tenu du 22 au 29  janvier dernier à Addis Abéba en Ethiopie, que les dirigeants africains ont pris cette décision.

Le constat général que l’on peut faire est que beaucoup de pays africains sont gangrénés par plusieurs maux ; et l’un des plus en vue est la corruption qui se manifeste dans tous les secteurs de la vie publique et même de la vie privée. Si l’Afrique veut se développer, il est impératif de mener une lutte sans merci contre la corruption.

A l'occasion de cette première édition de la Journée africaine contre la Corruption, le président de la république Félix Tshisekedi a réitéré son engagement à lutter contre la corruption dans tous ses aspects. " J'ai l'insigne honneur de participer à ces assises et réitère mon indéfectible engagement à lutter contre la corruption dans ses divers aspects notamment la concussion, le détournememt de deniers publics, le clientélisme (...) ", a réaffirmé le chef de l'État.

C'est la toute première fois que la RDC célèbre cette journée. La première édition de la journée africaine contre la corruption organisée par l'Observatoire de Surveillance de la Corruption et de l'Ethique Professionnelle (OSCEP), l'interface de l'Etat en matière de prévention et de surveillance de la corruption se tient ce jeudi 11 Juillet au Kempesky Fleuve Congo Hotel sois le thème "Vers l’élaboration d’une position commune sur le recouvrement des avoirs".

Adopter des mesures pour faire en sorte que les personnalités publiques déclarent leurs biens et que ces biens soient vérifiés est l'une des recommandations issues de la Déclaration sur l'année africaine de lutte contre la corruption.

Le Président de la RDC, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, a toujours affirmé sa volonté d’implémenter sa vision de lutte contre la corruption pour promouvoir les valeurs de bonne gouvernance.