Le 20 septembre 1960, la RDC, Etat souverain, est admise comme membre de l'ONU

Benjamin Babunga il y a 3 semaines

Ce jour-là, quinze Etats africains qui venaient d'accéder à l'indépendance en début et au milieu de l'année 1960, sont admis comme membres à part entière de l'Organisation des Nations Unies,y compris la RD Congo. Les autres Etats sont le Cameroun, le Togo, le Madagascar, la Somalie, le Dahomey (l'actuel Bénin), le Niger, la Haute-Volta (l'actuel Burkina Faso), la Cote d'Ivoire, le Tchad, le Congo, le Sénégal et le Mali.

Mais pour en arriver là, les choses n'ont pas été faciles. Déjà le 5 Septembre, la brouille avait commencé entre le Président Kasa Vubu et son Premier ministre Lumumba; chacun d'eux annonçant avoir limogé l'autre. Le Conseil de Sécurité de l'ONU devait se réunir le 14 Septembre pour statuer de la question de l'admission de la RD Congo comme membre de l'ONU. Le 12 septembre, ce sont 2 délégations, de Lumumba et Kasa Vubu, représentant la RD Congo qui arrivèrent à New York, chacune des délégations s'estimant légitime. 

Au cours des trois séances que le Conseil tint le 14 septembre (en présence des représentants du Ghana, de I’Indonésie, de la Guinée et du Maroc), I’URSS et la Pologne et le Ceylan (l'actuel Sri Lanka) marquèrent clairement leur soutien à Lumumba et exprimèrent à l’opinion que la délégation désignée par lui représentait le seul gouvernement légal. Les huit autres puissances au Conseil de Sécurité s’abstinrent de prendre position et leur attitude peut être résumée par celle des États-Unis dont le représentant fut d’avis qu’il convenait, vu la confusion de la situation à Léopoldville, de prendre une décision sur ce point.

Mise aux voix, la demande des Etats Unis de choisir laquelle des deux délégations était légitime aboutit sur le choix de la délégation envoyée par Kasa Vubu et fut adoptée par 8 voix contre 2 (URSS et Pologne) et une abstention (France). Les discussions se poursuivirent donc sans la délégation de Lumumba jusqu'au 20 septembre, jour où la RD Congo fut officiellement admise aux Nations Unies.