Le 19 septembre 1960, création du collège des "Commissaires Généraux"

Benjamin Babunga il y a 4 semaines

Ce jour-là, soit cinq jours après avoir pris le pouvoir par un coup d'Etat militaire pour, dit-il, "neutraliser les politiciens", Mobutu décide de confier le pouvoir à un collège de Commissaires Généraux constitué essentiellement d’anciens étudiants de l'Université Lovanium (Kinshasa)

En fait, il s'agissait tout simplement d'un gouvernement provisoire qui fonctionna du 19 septembre 1960 à janvier 1961, malgré que Mobutu ne le voyait pas ainsi, préférant le qualifier d'un service technique provisoire chargé de l'aider à remettre de l'ordre au sommet de l'Etat, avant de confier de nouveau le pouvoir aux politiciens. 

La présidence du Collège de Commissaires Généraux fut confiée à Justin Bomboko qui avait aussi la charge des Affaires étrangères et du Commerce extérieur. Les autres membres étaient Ferdinand Kazadi chargé de la Défense nationale, Marcel Lihau, avec comme adjoint Etienne Tshisekedi à la Justice, Albert Ndele chargé de Finances, Nussbaumer pour l'Intérieur, Joseph Mbeka  chargé des affaires économiques, Mukendi pour les Travaux publics, Kashemwa et Pierre Lebughe respectivement chargé des Transports et de l'Agriculture , Marcel Tshibamba pour la Santé publique), Ngyese, Classes moyennes. Mario Cardoso ,Albert Bolela, Valentin Bindo et Charles Bokonga étaient chargés respectivement de l'éducation nationale, l'information, la Fonction publique et du travail.

Durant les quatre mois de fonctionnement, le Collège de "Commissaires Généraux" créa le Conseil Monétaire (prélude à la Banque Nationale), réglementa le Commerce Extérieur et le Contrôle de change, créa l’Ecole Nationale d’Administration et géra avec parcimonie les finances de l’Etat : fait rare, les Commissaires renoncèrent au cinquième de leur salaire, par "nationalisme".