Divergences au sein du groupe parlementaire AFDC-A : La médiation du bureau Mabunda met d'accord les députés

Gaëtan Magalano il y a 1 semaine

Alors que les députés de l'AFDC de Nene Nkulu, et ceux du camps Bahati Lukwebo ne s'accordent pas au sein du groupe parlementaire, la présidente de la chambre basse du parlement a joué de ses bons offices pour tenter de régler la situation dans une proposition de sortie de crise qui a été adopté à l'unanimité par l'assemblée plénière tenue ce jeudi. 


post

C'est une véritable crise de leadership au sein du groupe parlementaire AFDC-A qui sévit en ce moment au sein du parlement. Lors de la conférence des présidents présidée le mardi dernier par l'élue de Bumba, la conférence des présidents avait donné son quitus à une solution appropriée, proposée par le Bureau Mabunda : "celle d'envoyer le dossier à la commission PAJ".

Cette résolution issue de la conférence des présidents tenue il y a 72h vient d'être approuvée à l'unanimité par les élus du peuple congolais, après un débat houleux qui a eu lieu à la suite de la motion incidentielle d'un Député de l'AFDC-A (aile pro-Bahati qui n'a point du reste trouvé gain de cause).

La situation était plutôt tendue ce jeudi à l'hémicycle dans une vive tension entre les deux camps. Situation qui a été apaisé par l'intervention de Jeanine MABUNDA, présidente de la chambre basse du parlement. Pour le Bureau de Mabunda, il s'agit là de la voix de la sagesse après que toutes les tentatives d'appels à l'harmonisation des vues entre les deux camps se soient révélées veines.

Il n'est donc pas question pour le Bureau de l'Assemblée nationale de cautionner un éventuel dédoublement, voire de prendre partie pour un camps au détriment d'un autre, contrairement à certaines allégations émotionnelles. Jeanine MABUNDA qui s'inscrit dans la logique de l'expression démocratique au sein de la chambre basse du parlement, en a fait la preuve en accordant la parole aux tendances protagonistes.

L'optique était celle de permettre à la plénière souveraine de cerner à fond tous les contours de ce conflit. C'est donc à la commission PAJ que revient la lourde tâche d'étudier cette question de manière impartiale.

Les députés se réclament majoritaires avec 22 députés sur les 41 que compte le groupe, tout comme le bloc fidèle à BAHATI devront attendre les résultats de l'examen de cette commission attendu dans les prochaines semaines.