6 octobre 1990, Mobutu accepte le "multipartisme intégral" au Zaïre

Benjamin Babunga il y a 1 semaine

Le multipartisme, déjà en vigueur en RD Congo lors de l'indépendance en 1960, avait été abandonné dans la Constitution de 1967, sous Mobutu

Mais en Avril 1990, sous la pression des événements et les mutations qu'il y a eu dans le monde (dislocation du bloc soviétique, notamment), Mobutu avait annoncé dans la foulée qu'il autorisait le "multipartisme à trois", càd que seuls 3 partis politiques étaient autorisés à œuvrer sur l'ensemble du territoire zaïrois : le MPR, l'UDPS et un autre parti à créer.

En Septembre de la même année, acculé par l'opposition, Mobutu autorisa le "multipartisme à 4" avant de finir par autoriser carrément le "multipartisme intégral". Ce 6 octobre, 66 partis politiques furent agréés. 

Dans les jours qui suivirent, l'on assista à l'enregistrement en masse des partis politiques au Ministère de l'Intérieur, avec une légèreté déconcertante, de sorte que vers fin juin 1995, le pays comptait déjà plus de 460 partis politiques agréés : un record jamais atteint dans le monde en seulement 4 ans et demi.

En mars 2015, la Commission africaine pour la supervision des élections (Case), dans son rapport "Niveau d’implantation des partis politiques en RDC" estimait que la RD Congo comptait 477 partis politiques agréés, dont seuls le PPRD, l’UDPS, le MLC et l’UNC étaient implantés sur 75% du territoire national. Le reste n’existait qu’à Kinshasa ou dans quelques chefs-lieux des provinces.